La Croatie en bref

Façade méditerranéenne de l’Europe centrale, membre de l’Union européenne depuis 2013, la Croatie, indépendant depuis 1991, est aussi une terre d’innovation dont la nature préservée et le riche patrimoine culturel en font aujourd’hui une destination touristique en vogue.

Située au carrefour de la Méditerranée et de l’Europe centrale, sur les rives de l’Adriatique, la Croatie, pays de 4,3 millions d’habitants dont la capitale est Zagreb, est à la fois une vieille nation et un jeune État européen. Bien que son histoire soit millénaire, elle n’a regagné son indépendance qu’en 1991. La Croatie contemporaine est ainsi l’héritière des duchés croates du IXe siècle aux marches de l’empire carolingien, puis du Royaume croate médiéval fondé en 925. Après son union personnelle à la couronne hongroise au XIIe siècle, il deviendra une des deux composantes du royaume hungaro-croate. Celui-ci sera lui-même intégré, au XVIe siècle, à l’empire autrichien, dont il fera partie jusqu’en 1918. Parallèlement, la province côtière de Dalmatie – excepté le territoire de l’indépendante république de Dubrovnik – deviendra vénitienne du XVe au XVIIIe siècle, avant de rejoindre les autres terres croates au sein de l’Empire d’Autriche, après une brève incorporation aux Provinces Illyriennes de Napoléon. À la disparition de la monarchie austro-hongroise en 1918, la Croatie devient une des composantes du royaume yougoslave, qui deviendra une fédération communiste en 1945, et qu’elle quittera à sa dissolution en 1991.

Elle devra toutefois défendre son indépendance au prix d’une guerre qui ne s’acheva qu’en 1995 par la libération des territoires occupés. S’ensuivit alors un vaste programme de reconstruction de ces zones. Membre de l’ONU, du Conseil de l’Europe, de la Francophonie et de l'Union pour la Méditerranée, la Croatie, république parlementaire, a intégré l’OTAN en 2009 et participe aujourd’hui à une dizaine de missions de paix dans le monde. Moins d’un quart de siècle après son indépendance, elle est devenue, le 1er juillet 2013, le 28e État membre de l’Union européenne.

7 sites classés au patrimoine mondial

Si l’atmosphère et l’architecture de sa capitale, Zagreb, peut à certains égards rappeler celle de Vienne ou de Budapest, les ruelles bondées du centre historique de Split, capitale régionale de la Dalmatie, et les palmiers de son front de mer évoquent davantage Barcelone ou Naples. Bordée aujourd’hui à l’ouest et au nord par l’Italie, la Slovénie et la Hongrie, et à l’est par la Serbie, la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro, la Croatie fut tout au long des siècles une terre de rencontres au carrefour d’aires culturelles européennes très différentes. Aussi tout en préservant son caractère slave et son identité, la culture croate a-t-elle su successivement s’enrichir de multiples influences : romaine, byzantine, germanique, hongroise, vénitienne et balkanique. En témoigne aujourd’hui un héritage culturel particulièrement riche, tant architectural qu’artistique, dont sept sites exceptionnels classés au patrimoine mondial, tels que la cité fortifiée de Dubrovnik, perle de l’Adriatique, le cœur historique romain de Split, la cathédrale Renaissance de Šibenik, la ville romane de Trogir ou la basilique byzantine de Poreč.

Les plus latins des Slaves

Illustration de cette position charnière entre Europe de l’est et de l’ouest, la langue croate, qui fait partie du groupe des langues slaves du sud et s’écrivait jadis en caractères dits glagolitiques, et dans certaines régions en cyrillique croate, s’écrit aujourd’hui en caractères latins. Si dès le VIIe siècle, les Croates ont été les premiers slaves à avoir été christianisés, ils furent aussi les derniers en Europe, en 1847, à abandonner le latin comme langue officielle au Parlement (Sabor). Néanmoins, le « pays des plus latins des Slaves », dont la grande majorité de la population est de confession catholique, abrite aussi l’une des plus anciennes communautés musulmanes autochtones, et fut aussi à ce titre l’un des tout premiers en Europe à avoir reconnu à l’islam le statut de religion officielle, dès 1915.

80 millions de nuitées

Le secteur tertiaire (les services) constituant les deux tiers du produit intérieur brut (PIB) et la part de l’agriculture dans l’économie étant de l’ordre de 7 %, la structure économique typiquement post-industrielle de la Croatie est semblable à celle d’autres pays de l’UE. Les principaux secteurs de l’économie croate reflètent les ressources naturelles du pays ainsi que son niveau technologique et industriel (construction navale et mécanique, génie civil, pétrochimie, industrie agroalimentaire, services, TIC, industrie du bois). Le tourisme est le secteur économique le plus important, approchant les 80 millions de nuitées par an et comptant pour près de 20 % du PIB. La Croatie possède une infrastructure développée et ces quinze dernières années, plus de 1 000 km d’autoroutes modernes ont été construits, contribuant ainsi à de meilleures communications entre les pays de l’UE. C’est justement avec ces derniers, notamment avec l’Italie, l’Allemagne, la Slovénie et l’Autriche, que la Croatie réalise presque les deux tiers de son commerce extérieur.

1 200 îles, 19 parcs protégés

D’une superficie d’environ 57 000 km², la Croatie détient le troisième littoral le plus long de la Méditerranée, s’étendant sur plus de 5 800 km, grâce notamment à ses 1 200 îles et à sa côte adriatique très découpée. Les 8 parcs nationaux et 11 parcs naturels que compte le pays – dont le plus célèbre, celui de Plitvice, avec ses 16 lacs en cascade, est classé au patrimoine mondial – et une gastronomie particulièrement riche et variée, combinant les saveurs méditerranéenne, centre-européenne et balkanique, en font une destination touristique très prisée, accueillant près de 14 millions de visiteurs étrangers chaque année. La capitale, Zagreb, est quant à elle le centre politique, économique et culturel du pays. Les autres grandes villes sont Split, Rijeka, Osijek et Zadar.

Le saviez-vous ?

La Croatie est entre autres la patrie de saint Jérôme (v. 347-419), auteur de la Vulgate, première Bible latine, de Herman le Dalmate (1110-1154), premier traducteur du Coran en latin, de Marko Marulić (1450-1524), un des pères de la littérature croate, de Ruđer Bošković (1711-1787), brillant esprit des Lumières et précurseur de l’atomisme moderne, du sculpteur Ivan Meštrović (1883-1962) ou encore de Nikola Tesla (1856-1943), l’inventeur du moteur électrique et du courant alternatif, ainsi que des prix Nobel de chimie, Lavoslav Ružička (1887-1976) et Vladimir Prelog (1906-1998).

Les empreintes digitales, le dalmatien et la cravate

Parmi les inventions originaires de Croatie les plus renommées se trouvent le parachute (Faust Vrančić, 1617), l’hélice marine (Joseph Ressel, 1827), la torpille (Ivan Blaž Lupis, 1861), la technique de classification des empreintes digitales (Ivan Vučetić, 1891), l’ampoule à filament de tungstène (Franjo Hanaman, 1904), le porte-mine (Slavoljub Penkala, 1906) ou encore la technique de localisation des épicentres des séismes (Andrija Mohovoričić, 1857-1936). En 1895, Šibenik, ville de la côte dalmate, fut aussi la première ville d'Europe dont l'éclairage public fut alimenté par du courant alternatif, produit par une centrale hydroélectrique. Plus récemment, on peut citer le format de compression musicale MP3 (Tomislav Uzelac, 1997) ou le paiement par SMS, brevet de la société croate VipNet (2001).

Parmi les sportifs croates les plus célèbres figurent les footballeurs Davor Šuker, meilleur buteur de la Coupe du Monde 1998, Luka Modrić et Mario Mandžukić, mais aussi Goran Ivanišević, vainqueur du tournoi de tennis de Wimbledon en 2001, le légendaire basketteur Dražen Petrović, le boxeur Mate Parlov, élu sportif croate du XXe siècle, ou encore Janica Kostelić, la skieuse la plus titrée de l’histoire des Jeux olympiques.

Dans un autre registre, la Croatie est aussi la patrie d’origine du dalmatien, la race de chiens autochtone la plus connue du pays, de la plus grande truffe du monde, de la plus ancienne cathédrale du monde, à Split. Enfin, c’est en Croatie qu’est née la cravate, cet accessoire aujourd’hui incontournable de la garde-robe masculine qui à l’origine faisait partie de l’uniforme des cavaliers croates du XVIIe siècle, et dont la mode a, depuis, gagné le monde entier.

 

La Croatie, pleine de vie!

 

Fairy tale Croatia!

 

 

 

Nom officiel République de Croatie (Republika Hrvatska)
Capitale Zagreb
Superficie terrestre : 56 594 km²,
maritime : 31 067 km² (eaux intérieures et mer territoriale)
Pays voisins
(longueur de frontière)
Slovénie 668 km
Hongrie 355 km
Serbie 318 km
Bosnie-Herzégovine 1011 km
Monténégro 23 km
Longueur du littoral 1777 km (côtes terrestres)
4058 km (côtes insulaires)
5835 km (au total)
Point culminant Dinara 1831 m
Langue croate
Population
(recensement de 2011)
4 284 889 habitants
Villes principales
(recensement de 2011)
Zagreb 688 163 hab.
Split 167 121 hab.
Rijeka 128 384 hab.
Osijek 84 104 hab.
Zadar 71 471 hab.
Pula 57 460 hab.
Slavonski Brod 53 531 hab.
Karlovac 46 833 hab.
Varaždin 38 839 hab.
Šibenik 34 302 hab.
Sisak 33 322 hab.
Vinkovci 32 029 hab.
Velika Gorica 31 553 hab.
Dubrovnik 28 434 hab.
Régime politique République unitaire à régime parlementaire
Chef de l’État Président de la République
Adhésion aux organisations internationales Nations unies depuis 1992
OTAN depuis 2009
Union européenne depuis 2013
Produit intérieur brut (PIB) 328 milliards de kunas (43 milliards d’euros)
(2014)
Produit intérieur brut par habitant 10 157 euros  (2014)
Exportations de biens et services 20 milliards d'euros (2014)
Importations de biens et services 19,2 milliards d'euros (2014)
Taux d'inflation -0,2 % (2014)
Monnaie kuna (HRK)
Fête nationale 25 Juin
Hymne national Lijepa naša domovino (Notre belle patrie)
Code pays HR
Indicatif téléphonique 385
Domaine Internet .hr
Fuseau horaire UTC+1

En savoir plus sur la Croatie : http://www.croatie.eu/index.php?lang=4
Télécharger gratuitement l’ouvrage « Croatie, le pays et ses habitants »