Profil économique de la Croatie

Membre de l’Union européenne

En moins d’un quart de siècle, la Croatie s’est profondément transformée et modernisée, et ceci s’est encore accéléré depuis son adhésion à l’Union européenne en juillet 2013. Après son indépendance, en 1991, et un vaste programme de reconstruction après les dévastations subies durant la guerre (1991-1995), le pays a relancé son économie et a rejoint l’OTAN dès 2009. En moins de 15 ans, il s’est même imposé comme 6e destination touristique de la Méditerranée, accueillant plus de 13 millions de touristes par an, soit trois fois sa population. Les services constituant les deux tiers du produit intérieur brut (PIB) et la part de l’agriculture dans l’économie étant inférieure à 5 %, la structure économique de la Croatie est semblable à celle d’autres pays de l’UE. Les principaux secteurs de l’économie croate reflètent les ressources naturelles du pays ainsi que son niveau technologique et industriel (construction navale, génie civil, industrie électromécanique, pétrochimie, industrie agroalimentaire, industrie du bois). Forte de ce dynamisme, d’une situation avantageuse et d’un fort potentiel de croissance, la Croatie dispose de nombreux atouts propices aux investissements.

Atouts

  • une situation géographique avantageuse le long de la mer Adriatique et sur le tracé de 3 corridors Pan-européens qui en fait la porte méditerranéenne de l’Europe centrale et danubienne ;
  • une main-d’œuvre polyglotte, bien formée et compétitive (1 habitant sur 2 parle l’anglais, 1 sur 3 l’allemand, 1 sur 7 l’italien) ;
  • un nombre de brevets déposés au-dessus de la moyenne européenne ;
  • un des 5 pays de l’UE ayant dernièrement enregistré une diminution du coût du travail ;
  • la possibilité de bénéficier de fonds européens pour les PME ;
  • des infrastructures d’excellente qualité, avec notamment plus de 1000 km d’autoroutes, 6 ports et 7 aéroports ;
  • un réseau d’oléoducs et de gazoducs ouverts sur la Méditerranée.

Mesures incitatives

La Croatie est ouverte à l’investissement étranger. Le gouvernement s’est en effet donné pour objectif d’augmenter les investissements étrangers et a pris des mesures pour améliorer le climat d’investissement dans le pays, comme par exemple des incitations à l’emploi ou des réductions d’impôt, selon le type d’activité (production, centres de technologie, services d’assistance). Parmi les principales mesures mises en place par le gouvernement, on peut notamment citer :

  • jusqu’à 100 % de réduction de l’impôt sur les bénéfices ;
  • jusqu’à 9000 € de déductions fiscales par emploi créé ;
  • une égalité de traitement entre nationaux et étrangers ;
  • des frais de fonctionnement d’entreprises peu élevés ;
  • des lois protégeant la propriété intellectuelle.

Ces mesures sont mises en place afin de créer un cadre attractif pour les investisseurs et les entreprises étrangères, dont 15 000 sont d’ores et déjà présentes en Croatie.

Données économiques

Produit intérieur brut (PIB) : 43 milliards d’euros (2014)
PIB par habitant : 10 157 euros  (2014)
Exportations de biens et services : 20 milliards d'euros (2014)
Importations de biens et services : 19,2 milliards d'euros (2014)
Indice de développement humain : 0,812
(47e rang mondial sur 186) – source PNUD 2013
Salaire moyen brut : 735 €
Salaire moyen net : 1060 €
Monnaie : la kuna (HRK) (1 EUR = environ 7,5 HRK)

  2015 2016* 2017*
Taux de croissance (%) 1,1 1,4 1,7
Déficit budgétaire (%) -4,9 -4,7 4,1
Dette publique brute (%) 89,2 91,7 92,9
Investissement total (%) 0,8 2,4 3,0
Croissance de l’emploi (%) 0,6 0,7 1,1
Taux de chômage (%) 16,2 15,6 14,7
Inflation (%) -0,1 0,9 1,7
Solde de la balance courante (%) 4,4 2,9 3,2

* Prévisions de la Commission européenne 

 

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB

  • agriculture : 6 %
  • industrie : 27 %
  • services : 67 %

Principaux clients

  • Italie, Bosnie-Herzégovine, Allemagne, Slovénie, Autriche, Serbie

Principaux fournisseurs

  • Italie, Allemagne, Russie, Chine, Slovénie, Autriche

Pour plus d’informations